Pour tous les passionnés de régates virtuelles, convivialité, courtoisie et humour sont au rendez-vous
Ce forum est ouvert à tous les sites de régates, avec la possibilité d'héberger des groupes
.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le FMV à nos nouveaux membres!

Partagez
 

 Récits de mer...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeDim 21 Juin 2009 - 0:50

Amis marins,
vous le savez, la mer a toujours inspiré les poètes, les romanciers, les écrivains de toutes plumes, et... tout les gens sensibles aux spectacles du monde.

Quelques uns d'entre nous se sont essayés au récit de leurs aventures, ou bien à l'esquisse de leur imagination.

Et bien continuons ici !
Revenir en haut Aller en bas
jackie montanède
Modérateur
Modérateur
jackie montanède

Messages : 3401
Date d'inscription : 27/05/2009
Localisation : MARSEILLE

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:10



Aristote, je croyais que tu avais fait un copier/coller. Je ne peux pas ici raconter la suite de mon histoire.
La lère partie est restée dans la bibliothèque du petit bateau Wink))
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagesfleurdesel.blogspot.com
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:29

Envoyé par kate29, lundi 23 mars 07:42:34

La tombée de la nuit et son humidité conséquente nous avait chassé de la jolie terrasse du café de la plage de l'ile tudy. Sur la route du retour vers Quimper la pleine lune forçait le regard à sa contemplation. Ce n'était pas comme parfois une lumière presque verte ou blafarde, non, sa lumière était diffuse, douce, quelques petits nuages éparpillés sur ses pourtours en opacitaient sa lueur.
Les pleines lunes avaient toujours suscité chez elle fascination et énervement mêlées, fascination pour l'astre, pour cette pure beauté là, mêlé à l'imaginaire naturellement suggéré par l'incompréhensible infini du ciel, énervement quand certaines de ses lunes la laissaient ainsi offerte aux insomnies des nuits écourtées.
Elle se souvenait de cet été 1969 où ils allèrent ses frères et soeurs et elle, chez la fermière d'une maison voisine, voir les américains marcher sur la lune. Ils étaient fascinés par l'image un peu verdâtre de l'écran quand de son côté la bigoudène dans son arrière cuisine imperturbable et incrédule avait continué à faire ses crêpes sans prêter un seul regard à l'évènement.
La navigation virtuelle à laquelle elle se prêtait depuis quelques temps réveillait chez elle les souvenirs de ses échappées maritimes.
La pleine lune aidant, elle se souvint d'une nuit très particulière. C'était lors de la transat en double en 1979, elle y participait en compagnie d'une autre fille. Elles étaient très différentes dans leur appréhension du monde, de l'autre en général... L'autre forte, décidée, quand elle était plus douce et plus poète à sa manière... L'anecdote est amusante, un jour sans doute nostalgique des plaisirs terriens, elle dit à sa coéquipière : « c'est drôle, on est parties à l'époque des fraises et des cerises et on va revenir au moment des pêches et des abricots », l'autre la regarda interloquée : « je ne sais pas comment tu fais pour penser à des choses pareilles »..
Bref.
Elle était de quart, c'était la nuit, une nuit de pleine lune. Elles barraient chacune à leur tour toutes les deux heures... Sans doute elles devaient se trouver alors au milieu de l'Atlantique. Le voilier filait bien dans la nuit, bon plein. Barre franche à la main, elle accompagnait le mouvement du bateau, montant dans la vague puis redescendant doucement dans sa légère pente.
Toute lumière éteinte, seul le compas éclairait le cockpit...
La lumière forte de la lune venait la frapper au visage. Au début, elle en fut juste comme éblouie. Assez vite, elle eut comme la prescience qu'il fallait qu'elle se protège de cette lueur blanche et presque froide. Mais l'allure et le cap suivis l'empêchaient de pouvoir s'abriter sous l'ombre de la grand voile, la lune au contraire en épousant sa chute. Il lui sembla tout d'un coup tout à fait surréaliste de se trouver là seule à la barre au milieu de l'océan avec pour seul guide cette petite boule de lumière chiffrée et mouvante. Elle imagina au contraire qu'elle se trouvait sur une espèce de route dont elle percevait pratiquement les contours là devant dans la petite houle d'un bleu profond. Cette pensée la troubla tellement qu'elle eut la crainte d'avoir reçu ce qu'on appelle un coup de lune.. Sans doute aussi cet inconfort qui l'avait prise avant rajoutait à sa sensation. Mais elle était en course, alors elle poursuivit son quart jusqu'au bout, troublée et nerveuse. Au changement de quart elle n'en dit rien à sa comparse d'aventure. Elle n'aurait de toutes évidences rien compris encore une fois à cet émoi.
Cette nuit là et elle ne le sut que plus tard, ce fut leur voilier qui fit le plus grand nombre de milles de tous les engagés de la course. Sans doute plus que les effets de lune, leur position seule leur avoir permit d'avoir des vents plus favorables..

Envoyé par kate29, lundi 23 mars 07:42:34
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:30

kate29 écrit le lun 23 mar 2009 07:54:13

La petite baleine.

C'était pendant l'été 80... Il était prévu que j'aille à Newport Rhode Island, port d'arrivée de la Transat anglaise, pour ramener Arauna IV, un voilier que je connaissais bien pour y avoir fait la transat en double Lorient/les Bermudes/Lorient, l'année précédente... Je dis prévu, car le pire... arriva au large de l'Irlande.. le bateau heurta un ofni (objet flottant non identifié) et coula toutes voiles dehors...

Avec quelques amis après le départ de la transat nous avions filé aux Scillies...

Nous étions alors tranquilles dans un pub quand une amie vint me chuchoter la nouvelle à l'oreille... J'eus véritablement un choc.. Ce bateau, je l'aimais, j'avais passé près de six mois à son bord... de très bons et de moins bons moments surtout quand la tempête était trop forte... Je me souviens en tout cas de lui avoir parlé souvent, le flattant parfois en tapotant sur son flanc, d'autre fois plus énervée, lui filant parfois quelques coups de pied.. J'ai pensé souvent à lui comme on pense à un amour perdu..

Nous avions une amie bretonne et moi, déjà réservé nos vols (aller simple) vers Newport.. Alors se posait un dilemme, tentions-nous d'y aller quand même en pensant trouver un bateau qui pourrait nous accepter...ou pas ?? Un peu aventurières, nous n'avons finalement pas hésité longtemps.. Je savais qu'une fois sur place, connaissant pas mal des marins de l'époque, je trouverais assez facilement un petite place, mais je n'avais pas envie de laisser cette amie sur les pontons.. Trouver deux places s'avérerait plus compliqué... Au pire, nous irions nous balader un peu aux states...

Mais étudiantes encore, nous n'étions pas très riches, enfin on verrait bien... Arrivées sur place après deux jours new-yorkais... Il s'agissait de trouver assez vite un hébergement sur un bateau.. Sur les pontons ou au cours d'une fête, je ne sais plus, je croisais kerso, je ne le connaissais pas très bien, mais il nous offrit en échange du rangement de son bateau de pouvoir nous y installer...Ce que nous fîmes contentes de l'aubaine... Son bateau devint vite notre maison... et Kerso s'en amusa qui racontait à tout le monde que nous avions même mis des fleurs dans celui-ci...

Il cherchait quelqu'un pour ramener son bateau... Comme j'avais fait la Transat en double et qu'il avait donc un peu confiance, il me proposa de le ramener... Mais je trouvais que c'était un bateau assez physique et je préférais que l'on trouve un skipper... Je savais cette amie bretonne peu habituée à de si grandes unités, elle naviguait sur son petit moth europe et me disais que s'il y avait un gros baston, je serais un peu dépassée par les évènements... Le bateau s'appelait Besteaver.. c'était l'un des Kriter, le VI.. Raide à la toile, un genre de fusée plus affûté pour le près que les vents portants...

Nous avons fait alors une espèce de casting... Il s'agissait pour nous de ne pas nous tromper sur nos intuitions et de ne pas nous retrouver qu'avec des baratineurs qui s'avéreraient manchots en mer... Je vous passe les détails, finalement nous nous sommes décidés sur deux garçosn qui se connaisaient vaguement dont l'un devint le skipper du bateau...

Le départ fut particulier, nous n'avions pas encore quitté Newport que les brumes habituelles des lieux nous tombaient dessus... Chaud, chaud de partir ainsi quand des voiliers nous frôlaient en rentrant au port... La corne de brume nous servit bien pour éviter tous les fantômes de bateaux croisés... La brume dura trois jours...

Très belle et agréable traversée vers les Açores... Les garçons trouvait bien plus délicieux de naviguer avec des filles plutôt qu'entre hommes...... Ils disaient qu'ils faisaient ainsi plus attention à eux à tous les niveaux... Je vais sans doute me faire là quelques ennemis... mais... c'était leur constatation...

Bref ce fut une navigation parfaite... Quand on part comme ça.... en mer... on ne sait jamais, parfois on part avec ses meilleurs amis et c'est l'enfer, avec des inconnus c'est formidable ou le contraire... La mer était belle et grande... les gens contents...

En arrivant aux Açores, nous eûmes une belle tempête... La veille nous nous amusions à faire des concours de surfs... D'énormes vagues nous rattrapaient dans de gros rouleaux d'écume... Plus tard pendant mon quart, je fus un peu moins fière quand je filais dévalant les mêmes vagues plein vent arrière, génois en ciseau, les surfs devaient durer un minute au moins, je ne sentais plus la barre (franche) et quand au creux de la vague le bateau se plantait un peu dans celle qui précédait, il s'agissait de bien faire attention à ne pas s'en aller à l'abattée... J'avais décidé, entêtée que je suis parfois, de terminer mon quart... Nous n'avions pas de pilote... il avait du être cassé pendant la transat .. Alors quand il a fallu réveiller la personne qui devait prendre ma suite, j'étais bien embêtée... Pas possible d'appeler, la mer et le vent était trop bruyants....Jamais on ne m'entendrait. Difficile aussi dans ses conditions de lâcher la barre... Je décidais de voir de combien de temps je disposais pour vite descendre dans le bateau et revenir à temps... Je comptais... une vingtaine de secondes tout au plus.. Le bateau était assez étroit et la descente abrupte..... Je courus, dévalais les trois ou quatre marches et vite secouait le matelot suivant et refilait dans l'autre sens.... Ouf, tirait sur la barre pour remettre le bateau dans le bon axe.. Je n'étais pas couchée encore quand le skipper du bateau qui avait pris ma suite... me rappela pour que je réveille les autres et qu'on réduise la toile... en me disant mais comment tu as fais pour tenir le bateau comme ça ??... d'un air rigolard..

Le lendemain soir nous arrivions à Horta... où, mais nous ne le savions pas encore nous allions rester trois semaines... Kerso ayant décidé de nous y rejoindre pour ramener le bateau à St Malo..

Quelle jolie halte... et je dois dire que quand j'ai longé les Açores hier, j'aurais bien détourné mon Kate29 s'il n'avait été virtuel pour y retourner encore..

Je ne sais pas pourquoi, mais on arrive souvent au port la nuit ou au petit matin après une traversée, et il y a presque toujours là quelqu'un sur le quai qui semble vous attendre, un insomniaque qui, une fois les aussières amarrées vous offre une cigarette... Alors on déguste la petite cibiche tranquille dans le @$#&!pit sous les lumières d'un port encore inconnu dont on essaye de deviner la géographie et le paysage...

Enfin tout ce préambule pour raconter une autre jolie histoire...

A Horta, pour se rendre dans le centre, il fallait faire le tour des quais.. Un jour alors que je faisais cette petite marche là, je passais devant un camion dont la plate-forme arrière débordait littéralement de thons.. Je regardais l'étrange cargaison quand un jeune açorien proposa de m'en donner deux.... Je revins au bateau non pas peu fière un thon dans chaque main.... Chaque jour ou presque je ramenais quelques uns de ses gros poissons.. Nous avions fini par sympathiser avec le jeune homme, un soir, il nous dit qu'il avait une surprise pour nous et que nous devions le suivre..

Il faisait assez chaud dehors encore malgré la nuit... Il ouvrit alors les portes de la conserverie... Le lieu vaste était assez vide, nos voix résonnaient sur les murs nus... Nous avons traversés plusieurs salles.. Enfin, il nous invita à entrer dans une chambre froide, il y avait comme une espèce de brouillard, comme un hammam dont la moiteur chaude serait glacé... j'ai frissonné... le regard était perdu, aveugle dans l'opacité cotonneuse.....soudain ce fut comme si le voile blanc se déchirait... Là, plus loin, on devinait la silhouette sombre d'un grand poisson posé sur une table de marbre blanc.... C'était presque religieux... Nous nous mimes naturellement d'ailleurs à chuchoter... C'était un bébé baleine de cinq ou six mètres.. Étrange. Le froid avait saisit le grand poisson mais ne l'avait pas écrasé, au contraire, on aurait dit qu'il nageait encore, qu'il allait sonder bientôt.. C'était triste et beau à la fois, comme une sculpture glacée... sur les veinures du marbre blanc.

D'une certaine manière la mort l'avait épargné. Le jeune portugais nous expliqua que les pêcheurs l'avaient prise par hasard que ce n'étaient pas leur volonté... Nous ressortîmes de là, silencieux, frissonnants encore avec malgré tout le sentiment d'avoir été témoins d'une bien jolie chose.... comme un rêve éveillé..

kate29 écrit le lun 23 mar 2009 07:54:13
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:32

kate29 écrit le sam 04 avr 2009 10:15:51


En réalité, ce fut une espèce de hasard qui l'a fit s'inscrire sur sa première régate virtuelle... Elle était curieuse de voir comment on pouvait naviguer ainsi en course sur la toile.. l'organisation était maligne, le site n'autorisait pas de passagers clandestins... Alors, ni une, ni deux, vite fait, bien fait et malgré quelques colifichets autour d'elle, elle créa son petit bateau pour aller sur l'eau...
Au début, bien qu'ayant navigué, elle ne comprit pas tout, comment régler son bateau, les histoires de météo... Elle avait aussi l'impression d'être vraiment navigatrice solitaire là haut vers Récife.. elle avait beau user de ses jumelles pas un seul esquif à l'horizon, la radio restait muette....puis soudain et peu à peu, sans qu'elle n'ait comprit comment, elle se trouva un premier voisin, puis deux.. Alors et en parallèle, certains s'affichèrent ses amis... puis comme de petites bouteilles à la mer, elle trouva dans sa boite aux lettres des petits messages assez laconiques .. auxquels elle répondit courtoise... Elle eut vite les cinquante amis autorisés... Arrivée vers les Kerguélen, elle envoya un petit texte qui racontait sa manière de vivre et de voir la chose, l'organisation fit paraître son texte sans l'avoir prévenu... elle reçut alors dans la semaine des centaines de messages... et se vit affubler de milliers d'amis... c'était assez étrange en fait... mais bon, les messages étaient plutôt cordiaux.. sans être dupe, elle laissa son égo s'en contenter...
Peu à peu, évidemment, elle eut des préférences parmi les marins... Elle aimait ceux qui faisaient preuve d'un minimum d'humour et de talent dans le texte. Elle appliquait finalement à ses comparses maritimes l'exigence de qualité qu'elle cherchait dans la vraie vie.
Certains s'étonnaient de sa faculté d'humour dans le verbe, la trouvaient d'emblée assez sympathique, étaient contents de la retrouver. Elle aimait échanger, elle aimait découvrir d'autres personnalités, se frotter à d'autres itinéraires. C'était profondément elle, ça, les rencontres, c'était même, l'un des moteurs de sa vie. Cela lui arrivait souvent quand, lors de voyages plus ou moins longs, elle se trouvait en contact avec d'autres. Et ces autres là, elle aimait essayer de deviner qui ils pouvaient être et quelles étaient leurs vies. Et puis, quand le contact avait lieu, ces étrangers se confiait assez rapidement à elle, sans doute, son écoute douce et souriante les poussaient facilement à la confidence, et c'était aussi pour certains, un échappatoire à la solitude. Le plus souvent évidemment, ces rencontres restaient sans suite, fortuites, mais leur intensité momentanée, satisfaisait son besoin de partage et sa curiosité aussi.
Elle eut donc des préférés si l'on peut dire, disons que, d'une certaine manière, des affinités réciproques les avaient fait se choisir. Elle arriva assez fatiguée aux Sables d'Olonne, elle voulait finir pas trop mal placée, en conséquence, elle eut beaucoup de nuits assez écourtées.. et l'anticyclone des Açores qui se baladait par là n'arrangea pas la chose aussi.
Le lendemain de son arrivée, elle se trouva comme dépourvue... voilà cette échappée maritime quoique virtuelle s'arrêtait là... plus de petit bateau, plus de message d'amis...plus de retours rapides à la maison pour vérifier son cap et sa vitesse.. Quimper était déjà ville un peu déserte pour elle dont la plupart des amis étaient loin... là, elle savait qu'elle allait pouvoir retrouver du temps pour elle, pour d'autres occupations, d'autres loisirs, mais, elle se sentait bien seule aussi... Alors, un de ses copains virtuel n'eut pas à insister beaucoup pour qu'elle reparte en mer.. Cette fois, elle s'en alla de Chine sans même avoir eu le temps de visiter un peu le grand pays de l'ex timonier... vers Rio. La plupart de ses connaissances avait pris le départ aussi... Il y avait là aussi la possibilité de discuter vraiment grâce à un forum... Ils s'amusaient là à se taquiner, à se raconter chacun à leur manière... Il y avait là beaucoup de camaraderie... Chacun y trouvant son compte... Des gens de tous âges et de divers endroits... Cela n'empêchait pas de s'envoyer de petits messages de bateau à bateau.. Elle fit la connaissance d'autres marins... quelques-uns de contrées plus lointaines... Elle se sentit plus proche de certains et puis d'un surtout.. mais là était son secret..
Elle finit par arriver assez bien placée.. la météo l'avait mieux servie que les autres... Son bateau fut aspiré... par le cercle de l'arrivée, disparu physiquement encore une fois.. Là elle s'était dit, bon cette fois, je fais une pause... et puis et puis, alors qu'elle roulait dans la jolie et printanière campagne bretonne dans sa petite auto....... soudain, elle n'eut pas envie de les laisser partir sans elle.... elle n'avait décidément pas beaucoup de volonté, elle avait resigné pour une petite traversée... La première nuit, fut-ce une décision de sa culpabilité inconsciente, elle jeta littéralement son bateau sur des récifs... De dépit, alors qu'elle avait essayé de le sortir de là pendant plusieurs heures sans y parvenir, elle décida presque de le l'y laisser... après tout le coin était joli... mais un ami bienveillant avait sorti son petit yacht de ce mauvais pas... là elle naviguait, où il y a bien longtemps, elle avait navigué vraiment, se souvenant avec un peu de nostalgie du bleu profond du Gulf Stream ... dans lequel elle aimait plonger avec délice, les yeux ouverts à tant de bleu offert... (un peu plus sud et est quand même)

kate29 écrit le sam 04 avr 2009 10:15:51
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:34

kate29 écrit le dim 12 avr 2009 14:48:15


C'était il y a longtemps... Nous devions avec mon amoureux de l'époque convoyer un petit bateau de la mini-transat, de la Trinité à Perros-Guirec où le bateau avait été loué pour l'EDHEC...
C'était à Pâques... Nous partons tranquilles, mer belle... Tout va bien, nous filons bien vers l'ile tudy où nous avons décidé d'une escale.. Il me semble que nous nous sommes aussi arrêtés brièvement aux Glénans.. Le lendemain matin, nous prenons la météo qui nous annonce un coup de vent pour la nuit à venir.. comme nous partons tôt, nous pensons avoir le temps de traverser la Baie d'Audierne, puis le raz de Sein pour nous arrêter la nuit au Conquet...
La Baie d'Audierne est toujours plus longue à traverser que l'on ne croit.. il fait très beau, mais il y a peu de vent... Nous nous interrogeons quand même s'il ne serait pas plus raisonnable de décider d'une nuit à Audierne, nous avons pris un peu de retard, pas beaucoup ... quelques heures ...
La nuit est tombée quand nous arrivons à hauteur du Conquet.. mais le vent a déjà changé, il est monté, et surtout comme prévu, il est plein Est... en plein dans le nez... Nous tirons un bord, puis un autre et encore et encore.. Mais nous ne gagnons plus sur la mer, au contraire nous reculons à chaque bord.. Le vent est bien monté, de 25 noeuds en face du Conquet, nous en sommes après quelques heures à 30 noeuds avec rafales... Nous comprenons qu'il est trop tard, que nous n'y arriverons jamais... le voilier est maintenant plus assez toilé... Il faut s'éloigner des côtes... nous sommes dans un des endroits les plus dangereux de Bretagne, cailloux, courants.. Il ne s'agit pas de casser quoique ce soit... et se retrouver à la dérive dans le Fromveur ou sur les récifs ouessantins.. Nous mettons le petit bateau à la cape... foc et barre à contre... nous marchons en crabe, à trois quatre noeuds en travers de la houle... nous nous réfugions à l'intérieur, directement dans le creux du bateau... la plupart des choses ont déjà valsées à l'intérieur... nous rangeons un minimum, mais ce n'est pas encore le moment de faire vraiment de l'ordre... impossible de faire chauffer quoique que ce soit... chaque vague en effet, nous soulève, nous entraîne dans son mouvement, puis quand elle nous a passée.. le bateau retrouve son plat et repart avec la vague suivante... Nous regardons l'un après l'autre si nous ne dérivons pas vers un bateau... de l'intérieur la situation est préoccupante, certes, mais c'est surtout quand nous sortons la tête à l'extérieur qu'elle est vraiment affolante... quand on voit la hauteur des vagues... on se dit ouh... là... si on ne se retourne pas... mais le bateau se comporte bien...la vague le soulève de côté, le fait gîter.. l'emmène et le laisse et la suivante recommence... nous avons un peu froid et sommes un peu mouillés, mais mon amoureux est bon marin, il est calme... je le suis aussi... Au petit matin... j'aperçois une plate forme de forage... dans la tempête c'est une vision assez folle... elle à l'air un peu tanguante au milieu de la mer déchaînée... mais nous ne dérivons pas sur elle... c'est le principal... Le vent tombe un peu en fin de matinée... nous décidons d'essayer de repartir... la mer est plus grosse que le vent... mais peu à peu nous reprenons le bon chemin... nous finissons par arriver à trois h du matin... bien fatigués.. mais quel bonheur de mettre pied à terre... Nous avons dérivé 16 heures à trois, quatre noeuds au moins, je vous laisse faire le calcul...
Nous saurons le lendemain que nous avons fait le bon choix de nous éloigner ainsi... La même nuit, un voilier pris comme nous dans la tempête a voulu se réfugier à Ouessant... ils n'ont pas réussi... le bateau a démâté... et quand les secours sont arrivés, une mauvaise manoeuvre a fait se retourner le bateau... deux femmes ont disparues.. triste..
Mais l'histoire n'est pas finie... mon amoureux s'en va, un copain le remplace... Nous repartons tous les deux... Vers le Four, un endroit assez charmant...quand le vent souffle... Les ferrures de notre safran font des leurs... elles ont l'air de ne plus tenir beaucoup... bon nous faisons une espèce de rastifolage... avec un bout... Le temps n'est pas le même que pendant notre tempête, la mer est plate, mais il y a par moment de belles rafales... Je me souviens d'une mer très bleu marine.. Quelques heures plus tard notre réparation cède... nous remplaçons le bout par un morceau de chaîne... ça tient quelques heures et puis à nouveau... notre safran se soulève, il n'est plus du tout arrimé à la coque... une bonne rafale en profite pour arriver.. Je me souviens de la scène comme si c'était hier.. Nicolas debout une écoute à chaque main essayant de maîtriser le bateau.. comme dans une espèce de péplum... un tribun sur un char filant à fond sous les chevaux fous du vent. On s'est tous amusés à un moment à faire du sans safran... mais là... c'était chaud.. Je ne sais plus comment nous refaisons une réparation de fortune... qui régulièrement se redéfait... Mais bon nous finissons quand même par arriver jusqu'aux Triagoz... après il nous reste à nous affranchir des Sept Iles et nous devrions pouvoir rejoindre Perros... Le courant commence à être contraire... nous passons au bas mot sans doute quatre ou cinq fois les Triagoz, à chaque fois ça recasse et repartons en arrière... Nous sommes philosophes... Il fait beau... Il y a de plus en plus de bateaux qui rejoignent aussi Perros... certains passent sans rien remarquer de notre étrange navigation... et puis nous avons décidé que nous ne demanderions pas d'aide que nous y arriverions seuls... vers la fin de l'après midi, un bateau nous double et s'approche.. ils nous demandent ce qui se passe... nous expliquons notre problème, ils nous proposent de nous remorquer... nous nous regardons et leur répondons : « non c'est gentil... on va se débrouiller, prévenez simplement que si nous ne sommes pas arrivés à minuit... il faudra s'inquiéter... »
Et puis on se regarde tous les deux et comme dans un dessin animé... quand le héros marche en haut d'une falaise, marche dans le vide, s'arrête un court instant avant de tomber vraiment... On se re-regarde, sans rien se dire, et on crie ensemble ... : « eh eh !!! du bateau oui oui !!!... remorquez-nous...!!! »
Nous devions être, je pense dans une espèce d'état second lié à la fatigue...
Mais pour conclure nous avons été bien idiots de ne pas avoir davantage vérifié l'état du bateau après la tempête.... Mais bon, je suis là pour raconter l'histoire...

kate29 écrit le dim 12 avr 2009 14:48:15
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:37

Le Delvallon écrit le ven 17 avr 2009 03:18:33


J'aime beaucoup... lol... Tout y est... les lecteurs préfèrent les exploits peut être... lol... ou n'ont pas eu encore le temps de lire... de faire ce voyage avec toi... Cela me rappelle la réaction qu'ont les gens après une catastrophe naturelle, tremblement de terre, cyclone, tempête en montagne...des gens hébétés aidant les autres, eux mêmes ayant besoin d'être aidés...
Ca me renvoie à une phrase de Romain Gary dans Les têtes Coupables :Tchong Fat regardait le paria avec consternation. C'était un monent de douloureuse fraternité, où tout homme témoin de la déchéance d'un autre, se sent lui même atteint dans son honneur.. Merci Kate...
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:42

Le Delvallon écrit le ven 12 jun 2009 03:02:27


Ouvrir un livre comme une fenêtre,
Chambre avec vue sur les êtres...
Orpailleur fouillant le lit de rivière,
Roman fleuve, poésie ou prière...

Récits de mer... les vrais et les virtuels...

A fêter l'arrivée à Marstrand... m'est venu un coup de blues... çà fait 18 ans que je ne bois plus d'alcool... ça trinquait sec à l'arrivée... et chantait fort... alors je suis reparti en mer avec un autre bateau... " Monchito" celui là, sur chaque étape, il navigue hors compétition, hors classement... Il va à son rythme... et s'il pique un roupillon sur un rocher, la belle affaire... je visite... et grâce à l'invitation au voyage de Kelly... longer la Suède cette nuit... c'est ce que j'avais de mieux à faire... à faible allure encore mieux...

Quand je ferme les volets de ma maison le soir, y'a du sel sur les poignées et j'entends le ressac quand la mer est formée...

L'appel du large... j'avais 22 ou 23 ans... je jouais de la guitare dans les hôtels de St François en Guadeloupe, les pianos bars, les restaurants, à cette époque oui, je trinquais sec et chantait fort... ... je mesurais aussi les fonds marins pour la construction d'un chenal pour les pêcheurs qui remontent dans la mangrove jusqu'au village, le moteur levé pour ne pas accrocher...
J'ai pété quelques clavettes au début... Avant d'apprendre...

Avec " Le Delvallon", dans cette étape, il me semble avoir progressé au contact de Bolino iv et Indelwestein... comme au coude à coude avec kate en arrivant sur Rio...Suis parti de Galway 138 000 éme... je bossais, sans connection sans barreur sauveteur...en y consacrant quelques soirées je suis remonté à la 1800 ème place...

Comble d'ironie... il y a une vie en dehors du virtuel... les dernières 24h de l'étape j'ai pas pu les vivre... 2 concerts à faire, comme ingé-son, un en journée l'autre en soirée... Pas évident avant d'attaquer le sprint final sur Marstrand... J'ai envoyé des SOS à Fleur de Sel et Kate et sur le forum avant d'éteindre l'ordi...

Il y a une vie derrière le virtuel... 2 Fées Kirribatiennes ont convoyé mon bateau jusqu'au but, et cela bien après l'horaire de quart prévu, une autre, Minou 13, a même prévenu que je n'avais pas viré... grâce à elles j'ai fini dans les 3000 èmes ... au lieu de me fracasser dans un hangar à bateau Suédois...


A St François, à cette époque, quand je ne jouais pas de guitare, et que je ne mesurais pas les fonds marins, je gagnais au 421... dans les bars restaurants... je gagnais éffrontément aussi au yam, autre jeu de dés... et progressait vite... au Baggamon...
Je louais une chambre chez un pêcheur, mon voisin de chambre gagnait sa vie en jouant aux échecs dans les hôtels... je n'avais pas sa science... mais beaucoup de chance... Même la roulette du casino m'a souri... j'ai été invitè à jouer dans des cokpits... et rencontré ainsi des marins bons joueurs... avec des récits merveilleux sur les Maldives... et ceux envoûtants de la porte du désert Algérien, Gardaïa... La mer... et le désert...
Sur un pont en Tek, j'ai gagné ma place comme équipier, sur une goélette de 17 mètres, avec un gréément à l'ancienne, avec pic de baume...
J'avais de faibles connaisances de navigation... mais une envie énorme d'apprendre... J'ai dit oui à la belle goélette, et suis monté à son bord pendant 3 mois...

Avec mon second bateau, " Monchito ", j'ai presque envie de ralentir exprès, histoire d'avoir toujours un bateau à barrer en attendant le départ de la prochaine étape...
Après mon arrivée avec Le Delvallon au dernier Vendée Globe,virtual Regatta je précise... j'ai balladé hors compète, avec Le Monchito, jusqu'en Méditerranée, le détroit de Gilbraltar, ça m'a appris, et servi dans cette étape Suédoise... j'ai oublié Les Sables d'Olonne et tiré des bords dans mon jardin,La méditerranée... ma famille est issue de ces rivages depuis 5 générations, l'Espagne, l'Algérie, La Corse, Marseille...
J'ai fini par mouiller définitivement dans une crique, entre St Florent et le désert des Agriates...
Dès que je retrouve, le port, la civilisation , ça me fout le bourdon...
On fait quoi après la Volvo ?...

Au bout de quelques jours à bord,dans le port de St François, j'ai appris que la Goélette en question, appartenait en fait à un chanteur Français...
Que j'allais dîner avec lui ce soir...
Qu'il serait mieux de taire mes rares compétences en voile, pour valider ma présence à bord...
Entre deux accras au restaurant... j'ai appris que la goélette devrait traverser l'Atlantique par les Açores, et rejoindre la Corse...
J'ai appris, manquant de m'étouffer...la morue sur la glotte, que le skipper du bateau c'était moi...
La comédie humaine... J'étais sur une scène de théâtre, et ne pouvais en descendre... Si... j'aurais pû me lever et partir... dire non !... j'avais vendu mon billet avion retour pour faire le ravitaillement...j'ai appris à dire non à 40 ans... là j'en avais une vingtaine...
Le chanteur en question m'a parlé de la dangerosité de l'entreprise... la traversée de la route des cargos... m'a questionné sur mon expérience de mer... j'ai improvisé....
Puis j'ai coupé court en lui disant que si on éclatait un pneu à 130 kmh ,voie de gauche sur l'autoroute... eh bééé ... voilà... ...J'ai parlé de la Corse, où j'ai grandi... Puis comme on utilise une attaque pour se défendre, je l'ai battu avec arogance au Yam, pour le dessert, sur la terrasse de son bungalow, sous une lune ronde et puissante... je me souviens encore des rayons de lune sur l'arbre du Voyageur, que j'avais dans le champ, derrière lui, en lançant les dés...



A suivre... si ça intéresse quelqu'un... ... Bonne nuit !...
Le Delvallon écrit le ven 12 jun 2009 03:02:27


Nourson écrit le ven 12 jun 2009 12:21:07


Super philippe j'ai adoré, oui on veut la suite.

Le Delvallon écrit le ven 12 jun 2009 03:37:04


Erratum : L'invitation au voyage, c'est sweetykat...

Sweetycat... ouf !...

fleurdesel 13 écrit le ven 12 jun 2009 08:32:57


Superbe ton histoire Philippe! tu as une âme d'aventurier et tu dois avoir beaucoup de choses à nous raconter. De plus tu parles de lieux que je connais! Tien! il faudrait que je m'y mette aussi à écrire mon histoire.

kate29 écrit le ven 12 jun 2009 10:40:02


bravo delvallon superbe... la suite... et alors cette traversée... c'était renaud... lavilliers ???

Le Delvallon écrit le mar 16 jun 2009 12:14:14


... merci... suite, donc...

Les Amours Sous Marines.

J'ai rêvé d'un soleil,
Il fait dans ma poitrine une gîte babord.
J'ai rêvé de lumière,
En cale sèche de tendresse.
J'ai rêvé trop fort,
Princesse...

Tout d'un corps,
Ton orage outremer a bousculé mon coeur.
Les mots,
Par des courants contraires, Nous ont aidé à taire.

Ton navire céleste n'aura pas de retard,
Joliette, Marseille,
J'irai boire ton départ.
Une mer de miroirs,
Où l'amour tient la barre.
Une cible d'un tir,
Où l'amour est en mire.

Poker menteur à bord d'un bateau ivre,
Jouer sa peur intime,
d'aimer.

Je sais cet amour par grands fonds,
Trésor enfoui comme un Gallion.
Légende d'une autre chance,
Naufrage d'une magnificence,
d'un autre rêve d'enfance.

Sont amères les amours qui s'abîment...
Ces alizés que je dessine,
Cette gîte babord que j'imagine,
Pour toujours te désire,
Passagère clandestine.

Rêve toi un espace d'air pur,
Des iles, un futur...
Saches, que toujours et encore,
Par grands fonds je garde un trésor,
Nos amours Sous marines.

Récits de mer, les vrais et les virtuels, la suite...

Des tas de bateaux avec des noms d'oiseaux, sont venus s'échouer sur les côtes Suédoises cette nuit... Un suicide programmé et massif d'octets.. Boli est resté derrière, avec la colère...
Avec qui je vais faire la route dans cette étape?...

A St François, la goélette était toujours à quai. Ma guitare était à bord... Le Mécano s'affairait doucement, car il commençait à faire chaud. Le Chanteur avait regagné la Métropole, les touristes se faisaient plus rares, je ne jouais plus de musique à l'Hôtel Du Golfe... Je construisais une Pergola sur une terrasse, c'était ma mission sur le chantier d'une villa avec vue sur le Lagon... A cheval sur la charpente, je me demandais quelle serait la prochaine nouvelle à bord de " La ... "... Nous devions mettre le cap sur Terre de Haut, dans l'Archipel des Saintes, pour faire le carénage, avant de traverser...
De cette hauteur, la vue était splendide... l'alizé caressait dans des bruissements de papier froissé, le champ de Canne incliné vers la mer... Une femme est apparue, altière, fière, élégante, portant sur sa tête de longs batons de canne... Sur ma poutre là haut, je ne savais pas encore que l'entrepreneur qui m'avait embauché comme menuisier, était parti avec la caisse, sans laisser d'adresse... Je l'attendais, là, en contemplant ce magnifique tableau... Un champ de canne au bord d'un lagon, du sépia sur fond de turquoise... Une femme vêtue de couleurs, charriant sur sa tête, de longues tiges de canne, avec la grâce de l'équilibre... Elle traversait l'image tirant une ligne oblique, comme le fou aux échecs... J'étais en train de comprendre que je ne serai pas payé... lorsqu'elle est apparue derrière la pointe, Majestueuse, gracieuse, souple et onduleuse... derrière la barrière de corail, lentement, surgissait, une joncque, une joncque Chinoise...
Elle portait un gréément de Bambous, drappé d'une voilure rouge... je me suis arrêté de respirer... un instant... Les cadreurs de Thalassa n'auraient pas fait mieux... "La Dame de Canton"... dodelinant sur la houle... si la vie est une partie d'échec... une partie d'échecs... J'étais assis sur la tour, L'entrepreneur escroc avait avancé son fou... je lui présentais ma dame... " La Dame de Canton "... Le soir même elle serait au mouillage à St François... Je chanterais et jouerais de la guitare à bord... avec Titi au piano... jusqu'à pas d'heure... couper des citrons et me raconter Brel et les Maldives...

A suivre...
Le Delvallon écrit le mar 16 jun 2009 12:14:14
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:45

fleurdesel 13 écrit le mar 16 jun 2009 12:35:34


Philippe! que te dire je te lis et je pars loin, vers tes îles mais je ne peux raconter, tous serait plat après ton histoire racontée si poétiquement.
J'ai visité St François, Marie Galante, Terre du Haut Terre du Bas et les Saintes, les Saintes ! où les pierres nichées dans le sable de l'anse du Pain de sucre me parlaient. Il faudra que je raconte l'histoire d'un pur aventurier
Pirate, écrivain, chercheur de trésor loueur d'appartements et surtout marin, amoureux d'une Saintoise.
Philippe, je suis persuadée si tu es allé aux Saintes que tu l'auras reconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Aristote
Modérateur
Modérateur
Aristote

Messages : 995
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 56
Localisation : Nantes

Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitimeLun 22 Juin 2009 - 9:47

Le Delvallon écrit le mer 17 jun 2009 12:31:24


"La mémoire gamin, c'est l'imagination à l'envers, aussi dingue." Daniel PENNAC.

Au passage de la bouée, AS Girondino a viré en tête, j'étais au coude à coude avec MORGAT-SN, Kate29 suivait juste derrière...

La goélette a franchi le passage dans la caïlle, et s'est enfin extirpée du lagon de St François...
Nous filions sud/Ouest, pour Terre de haut... Quelques amis nous avaient rejoint à bord, pour nous donner la main, lors du long week end de carénage qui s'annonçait à la pointe de la Baie Marigot. La Stéréo était sur le pont, les filles bronzaient sur les serviettes, les gars scrutant l'horizon, à la recherche des casiers de pêcheurs...
Enfin la mer...

On s'est bagarré dur, à frotter la peinture avec MORGAT-SN... Il a eu le dernier mot et gagné Stockholm juste devant moi...

Elle était mannequin, originaire de Normandie. Elle a sorti la tête, et avec un sourire très "Air-France" a dit :
- " Doudou ?! C'est normal qu'il y ait plein d'eau dans la cabine ? ".

Un mauvais branchement du mécano, l'eau de mer, on la rejetait dans la cale....
On s'est fait les bras à pomper, jusqu'à St François, que l'on a regagné au plus vite...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Récits de mer... Empty
MessageSujet: Re: Récits de mer...   Récits de mer... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Récits de mer...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Marins Virtuels :: Le Bar du Port :: Le Comptoir-
Sauter vers: